Qui sommes-nous ?

Je m’appelle Ghislain Journé, j’ai 40 ans et je suis un entrepreneur engagé fou de Nature. En 2013 j’ai créé Farmili, la première jardinerie en ligne dédiée à l’écologie urbaine. En 2020 je lance Le Terrien, le magazine des acteurs de l’écologie.

Ma conviction : on peut créer de la richesse en se reconnectant avec la planète. Ce qu’on désigne comme la Transition écologique est avant tout une incroyable opportunité pour innover et retrouver du sens dans notre existence. Bien qu’elle soit à juste titre extrêmement anxiogène, la Crise environnementale à laquelle nous sommes confrontés offre la possibilité d’une véritable Renaissance pour l’espèce humaine.

Je ne fais pas partie de la mouvance « collapse », car je reste convaincu qu’on mobilise beaucoup plus facilement les foules si on met l’accent sur les aspects positifs de la grande Transition à l’œuvre.

Le grand mouvement est désormais lancé et le post Covid va nous faire entrer de plus belle dans cette ère nouvelle. Pour preuve : une étude récente révèle que les marques qui ont inscrit le développement durable et l’engagement responsable au cœur de leur mission et de leur offre dégagent des performances boursières et une croissance de leurs résultats plus importantes que leurs concurrentes restées dans l’ancien modèle. Dans la même logique, plusieurs études indiquent que la montée du développement durable dans les préoccupations des consommateurs n’est pas une tendance, mais un changement culturel profond*.

Donc si le changement ne vient pas des politiques, parions sur le pouvoir des consommateurs, des associations et des entreprises pour accélérer le grand mouvement.

L’avenir est donc assez excitant, surtout lorsqu’on a une âme d’entrepreneur. Certes, il y a du pain sur la planche et tout ne sera pas facile, mon expérience amère de l’entrepreneuriat en est la preuve. Mais nous sommes au début du chemin et les mentalités vont évoluer, les besoins également. Une nouvelle génération d’entrepreneurs engagés arrive, avec l’envie forte de changer le monde. Et derrière eux une jeunesse plus désireuse encore de faire bouger les choses.

En lançant ce magazine, je veux m’adresser à eux et à tous les autres, peut-être moins engagés, mais tout aussi concernés.

Vous avez un témoignage, une idée, ou vous voulez tout simplement prendre contact ?
Écrivez sur contact@leterrien.fr

(*) Innovation et marque, nouvelles frontières des stratégies du développement durable, par Élisabeth Laville.

Teaser Farmili :

Pourquoi Le Terrien ?

Parce qu’il n’y a pas les écolos d’un côté, les climatosceptiques de l’autre et au milieu tous ceux qui n’ont pas d’avis sur la question. Il y a nous tous, les habitants de la planète, embarqués dans la même aventure.

S’adresser au Terrien permet de ne pas segmenter. C’est tout le drame du mot Écologie, très connoté politiquement. On aurait voulu que les gens se désintéressent de la planète on n’aurait pas pu faire pire.

Cette évidence me sauta aux yeux un jour où je me rendis à Lyon en covoiturage. Lorsque je fis remarquer à mes covoitureurs que les abords de l’A6 étaient jonchés de déchets, le conducteur me lança « Ah, tu es écolo », comme pour relever une particularité.

Perplexe je répondis que je ne me sentais pas particulièrement écologiste, simplement terrien. La graine était semée !

L’impact des hommes sur la planète est tel que nous avons engendré une nouvelle ère géologique, l’Anthropocène. Dans ce contexte, débattre sur la responsabilité de l’homme dans le bouleversement climatique revient à se demander si la terre est ronde.

Mais surtout, comment peut-on encore ne pas se sentir concerné ?

Avouons-le, entre Nico qui se casse la voix sur France Inter, Greta qui nous engueule, Manu qui nous sert du Make Our Planet Great Again et Donald qui nous désespère, on ne sait plus vers qui se tourner. Et le quotidien est déjà assez angoissant comme ça. On aurait presque envie de crier « Foutez-moi la paix avec mon diesel, mon jambon Herta, ma bouteille de Coca et Cyril Hanounaaaaa !!! Je veux pas sauver le monde moi ».

Mais je vous arrête : il n’est pas question de sauver le monde. Il s’agit de VOUS sauver. Comment ? En vous reconnectant avec la planète, en (re)devenant un Terrien, tout simplement.

Voilà l’objectif du Terrien : vous inspirer à vivre connecté. Vous trouverez ici des témoignages de terriens engagés au quotidien, des idées à creuser, des portraits inspirants et des coups de gueule… car il faut être optimiste avant tout, mais révolté, aussi.

Écrivez-nous pour nous raconter vos idées, anecdotes, indignations ou projets concrets !

Partager :

Recevez le meilleur
de votre magazine
Le Terrien

porta. dolor. vulputate, felis id ut