Une forêt primaire en Europe

jeudi 27 février 2020

Quand on a l’âme d’un entrepreneur engagé, on rêve de changer le monde. Pour moi cet engagement se porte vers la protection de la nature dont nous dépendons totalement. J’ai toujours voulu m’engager dans des actions associatives mais j’ai vite déchanté, constatant que dans beaucoup d’associations l’action était tournée vers la dénonciation au détriment de la recherche de solutions concrètes. Jusqu’au jour où…

Jusqu’au jour où j’ai entendu une voix. Littéralement. J’ai alors écouté cette parole aussi puissante qu’inspirante : celle de Francis Hallé.

Francis Hallé est un botaniste mondialement reconnu pour sa connaissance des forêts. Écoutez-le parler de l’intelligence des arbres et du rôle crucial des forêts. Il est de ceux qui ont le savoir et savent fabuleusement le transmettre. Il a aussi une voix qu’on n’oublie pas.

J’ai donc décidé de m’engager activement au sein de l’association qu’il vient de créer, « Association Francis Hallé pour la forêt primaire ». Cette association défend la magnifique idée d’une grande forêt primaire au cœur de l’Europe, une oasis pour la nature et l’humanité. Un projet fédérateur et transgénérationnel, à contre-courant du courtermisme ambiant.

Une forêt primaire est une forêt qui n’a été ni défrichée, ni exploitée, ni modifiée de façon quelconque par l’homme. C’est un joyaux de la nature, un véritable sommet de biodiversité et d’esthétisme. Captation du CO2, régulation du climat, réserve de biodiversité, reconstitution des ressources hydriques… ses bénéfices sont innombrables.

La voix de Francis Hallé porte suffisamment pour que le président de la République ait déjà « accueilli » de manière positive ce projet. Il faut à présent lui donner corps et entrainer le plus grand nombre pour le soutenir. J’ai rejoint cette formidable aventure et vous invite à en faire autant.

Suivez la page Facebook de l’association, on vous en dit plus très bientôt.

Partager :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

articles similaires

Bébés : moins, mais mieux !

Bébés : moins, mais mieux !

Faut-il faire moins d’enfants pour sauver la planète – donc l’humanité ? Cette question émerge à mesure qu’on réalise l’impact de la croissance démographique sur la planète....

Recevez le meilleur
de votre magazine
Le Terrien

ut commodo leo. accumsan id vulputate, Curabitur Nullam non sed

Recevez le meilleur de votre magazine

Inscription réussie !