Le bétonnage de trop

jeudi 27 février 2020

Emmanuel Macron a finalement lâché le projet EUROPACITY jugé “daté et dépassé”.

Il s’agit d’un gigantesque projet d’aménagement du territoire au nord de Paris, dans le triangle de Gonesse – une zone située entre les aéroports de Roissy et du Bourget.

Pourquoi parlait-on de ce projet comme un nouveau Notre-Dame-des-Landes ?

Parce que dans un contexte où le changement climatique devient chaque jour plus préoccupant et palpable, EUROPACITY était l’exemple emblématique d’un modèle de développement dépassé. Ce mégapole de commerce et de loisir prévoyait en effet de recouvrir près de 300 hectares de terres agricoles parmi les plus fertiles d’Europe pour y ériger des boutiques, une base de loisir, des bureaux, parkings, cinémas et autres salles de spectacle. L’ambition de ce projet à 3 milliards d’euros : accueillir plus de 30 millions de visiteurs par an.

Les défenseurs d’EUROPACITY arguent qu’on ne peut pas barrer d’un trait de plume une opportunité de ramener de l’emploi dans une zone touchée par le chômage.

Sauf que… le complexe devait naître dans une zone déjà saturée par l’offre commerciale, comme l’illustre bien cette carte réalisée par le Monde :

Et que dire de la durabilité de ces activités, à l’heure où les centres commerciaux se désertifient ?

Le responsable d’EUROPACITY avait beau expliquer que le bilan carbone d’EUROPACITY serait neutre, qu’il y aurait des arbres un peu partout et qu’ils allaient créer une grande ferme urbaine sur 7 hectares (sur 300 hectares artificialisés initialement), cette histoire ressemblait de plus en plus à une mauvaise blague.

Espérons que les élus qui ont défendu EUROPACITY bec et ongle seront balayés lors des prochaines élections. Car en voulant ouvrir la voie à ce complexe, ils ont prouvé qu’ils manquaient cruellement de vision. En effet en enterrant sous l’asphalte une terre réputée pour sa fertilité exceptionnelle, ils auraient définitivement écarté la possibilité d’un développement responsable et durable pour ce territoire. Idéalement situé aux portes de Paris, cette zone pourrait pourtant devenir la vitrine d’une nouvelle agriculture et traduire de manière concrète le discours volontaire de la France en matière d’écologie. On imagine déjà les contours d’un projet qui créerait de la richesse en valorisant la ressource plutôt que de la détruire, sans appauvrir les secteurs alentours. Avec à la clé une dimension éducative et touristique non négligeable.

Mais pour cela, encore faut-il avoir des responsables qui ne voient pas systématiquement les champs comme des “territoires à aménager”, comprenez des zones à bétonner. Aux électeurs à présent de voter intelligemment.

Et à ceux qui doutent qu’une mobilisation locale puisse changer le cours des choses, voyez ce que les partisans d’un projet alternatif ont obtenu en se mobilisant sur le terrain…

Aujourd’hui plus que jamais, “Ensemble, c’est tout”.

Partager :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

articles similaires

Mais que foutent les écologistes ?

Mais que foutent les écologistes ?

On annonçait une vague verte. Même si certains ont tenté de minimiser la victoire des écologistes aux dernières municipales, la vague a bien déferlé, sur les grandes villes...

Ces mauvais chasseurs

Ces mauvais chasseurs

Il y a le bon chasseur… et il y a Willy Schraen, le président de la fédération nationale des chasseurs. Confronté à une défiance sans précédent dans l’opinion publique – plus de...

Recevez le meilleur
de votre magazine
Le Terrien

vulputate, quis vel, nec lectus eleifend ultricies libero consectetur non

Recevez le meilleur de votre magazine

Inscription réussie !