Vous allez pleurer devant “Legacy”, le nouveau film de Yann Arthus Bertrand

lundi 18 janvier 2021

À moins de ne pas croire au changement climatique – comme 40% des américains – impossible de ne pas être percuté par le nouveau film de Yann Arthus Bertrand qui dresse, 11 ans après Home, un nouveau bilan toujours plus alarmant de l’état de la planète. Un constat marqué par une succession de crises dont la fréquence et l’ampleur s’accentuent à mesure que l’empreinte humaine sur la planète s’alourdit.

On se réjouit que ce film soit diffusé sur une chaîne généraliste comme M6. Consciente que l’écologie figure désormais parmi les préoccupations majeures des français, la chaîne bouscule sa grille pour la deuxième édition de sa « semaine green » avec une programmation exceptionnelle autour des questions environnementales. La diffusion en exclusivité mondiale de Legacy, le 26 janvier à 21h05, sera l’un des temps forts de cette semaine spéciale qui débutera dimanche 24 janvier.

« C’était compliqué de faire un film sur la fin du monde »

Avec Legacy, Yann Arthus Bertrand a voulu dresser un constat sans fard sur la situation du monde, en mettant l’accent sur les questions énergétiques qui représentent le grand enjeu de la crise climatique. Et le moins que l’on puisse dire est que l’heure n’est pas à l’optimisme.

En pédagogue hors-pair, le célèbre photographe nous raconte la communauté de destin qui nous unit à cette biosphère dont on dépend intégralement et qu’on anéantit néanmoins à un rythme effarant. Les vues aériennes – dont beaucoup proviennent de plans inédits des précédents tournages – montrent mieux qu’aucun argumentaire une planète remodelée par les activités humaines, procurant souvent une sensation de vertige.

Moisson de blé près de Lamar, Colorado, Etats-Unis © Dorothée Martin

Précisons à l’attention des esprits chagrins qui se plairont à relever les contradictions du personnage, que bien conscient de porter sa part de responsabilité comme tout un chacun, Yann Arthus Bertrand apparaît concerné par son empreinte carbone. Aussi, au-delà des images inédites de précédents tournages, les images par drones ont été largement utilisées.

Le réalisateur salue au passage la liberté totale que lui a laissé la chaîne, « quelque chose de nouveau. M6 a d’ailleurs été la seule à me suivre sur ce projet qui m’a pris deux ans » révèle celui qui présente Legacy comme son film le plus personnel.

« Legacy est un film qui m’envahit, que j’aime profondément »

On retiendra que vue du ciel, la réalité que nous montre Yann Arthus Bertrand apparaît plus criante. Un chiffre ressort plus que les autres : en 50 ans nous avons supprimé 70% des espèces sauvages qui peuplent la planète. Une évolution dont le photographe a été l’un des premiers témoins, évoquant tout au long du film les changements qu’il a pu mesurer au cours d’un demi-siècle d’observation.

Parmi les questions les plus préoccupantes traitées par le film, l’explosion démographique. Piscine du Chengdu, province du Sichuan, Chine. Yann Arthus Bertrand.

Décarboner nos vies par tous les moyens

Pour enrayer cette dynamique mortifère qui place notre propre espèce en péril imminent, le réalisateur – qui reprend les conclusions des experts du climat – rappelle que nous devons impérativement décarboner nos vies par tous les moyens, c’est-à-dire réduire notre consommation d’énergie fossile, cette énergie « qui est en train de nous tuer ». Cela passerait par une réduction mondiale de 5% par an de nos émissions pour s’en tenir à une hausse des températures de 2 degrés, soit le cap fixé par l’Accord de Paris. « Cette vérité, ce n’est pas la mienne, c’est celle de milliers de scientifiques » précise-t-il, conscient que le poison de la désinformation opère, inoculé par ceux qui voudraient que rien ne change.

Or les faits sont têtus : si on ne fait rien, d’ici 2070 (demain !) 1 tiers de l’humanité devrait vivre dans des régions aussi chaudes et invivables que le Sahara. C’est-à-dire 3 milliards de personnes… « ça fait du monde ! »

Et d’en appeler à notre intelligence et à notre capacité d’entraide pour écrire une nouvelle épopée pour les générations futures, plus heureuse que cette fin du monde déjà palpable. « Il faut être courageux et reconnaître qu’il n’y a qu’une solution : décarboner nos vies. »

« Un film ne marche bien que s’il y a de l’émotion »

Sur ce point Legacy devrait marquer les mémoires. On parie même que le film rencontrera un succès comparable à Home – vu par plus de 600 millions de personnes dans le monde. Car au-delà de la force du propos et des images, il comporte ce qu’il faut d’émotion pour nous toucher au cœur. Justement, pour être à la hauteur de l’urgence le réalisateur en appelle à la seule chose qui puisse vraiment nous mobiliser selon lui : l’amour.

Et de conclure : « Mon héritage : l’amour de la vie »… le vôtre ?

Pour voir le film en replay, rendez-vous sur M6.

Salar d’Uyuni sur l’altiplano bolivien, Province de Daniel Campos, Département de Potosin, Bolivie. Yann Arthus Bertrand.

Photo principale : cascade sur le glacier Brasvellbreen, sud de l’île de Nordaustlandet, archipel du Svalbard, Norvège. Yann Arthus Bertrand / M6.

Partager :

5 Commentaires

  1. Felumb

    BRAVO
    J’ai hâte de le regarder

    Réponse
  2. Dominguez

    J’ai hâte de le regarder
    J’ai entouré la date et l’heure sur mon calendrier
    Bravo Yan Arthus Bertrand pour votre action

    Réponse
  3. Gilles

    Vraiment heureux que YAB nous fasse profiter d’images exceptionnelles même si elles sont très alarmantes. En espérant que tous nos dirigeants politiques et financiers arrivent a réfléchir pour changer les choses mais que nous aussi les consommateurs changiont nos comportements.

    Réponse
  4. JANYDAMIENCARDIA

    Cool

    Réponse
  5. Etard

    Avec Yann Arthus Bertrand on ne peut pas être déçu !

    Un véritable constat de toute la planète et des activités humaines qui nous amène à notre perte si nous ne renversons pas la vapeur !!
    Changer de vie demande de l’humilité .

    La Nature est résiliente , nous devons prendre conscience de nos erreurs et arrêter de vivre de SURconsommation ( inutile ) pour avancer vers la simplicité, être plus ancré avec Dame nature et réfléchir à ceux que nos enfants et petits enfants hériteront ?

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

articles similaires

Un jardin alpin au cœur de Paris

Un jardin alpin au cœur de Paris

Les habitués s’y recueillent volontiers en début de matinée, quand le silence et la fraîcheur enveloppent ce petit Eden logé dans une enclave du Jardin des Plantes à Paris. Si on...

Le boom des mini-forêts urbaines

Le boom des mini-forêts urbaines

C’est un fait, les forêts sont nos alliées face au changement climatique. Captation et stockage du carbone, régulation du climat, renouvellement des ressources hydriques, réserve...

Recevez le meilleur
de votre magazine
Le Terrien

id mattis eleifend nec Nullam ut facilisis ipsum velit, diam

Recevez le meilleur de votre magazine

Inscription réussie !